La Charte

Le CAP est l’instance participative de proposition, d’accompagnement, de suivi et d’évaluation de projets qui ont une résonance et une portée régionale. Cette instance détient un pouvoir consultatif.  Le cadre, le fonctionnement et les valeurs de travail du CAP sont définis et gérés par ses membres.

Valeurs:

  • Cosmopolitisme et vivre ensemble : diversité, mixité, multiculturalité, variété, identités multiples, métissage (origines et milieux), melting-pot, zinneke, cohabitation, partage de l’espace, voisinage ;
  • Convivialité : bien-être, plaisir, rencontre ;
  • Inter : cohésion, réseau, mise en lien des artistes, associations, publics, communautés, communes et espaces ;
  • Solidarité : tolérance, respect, fraternité, entraide ;
  • Environnement : transition écologique, développement durable, écoresponsabilité.

Missions:

  • Créer et renforcer les liens entre les équipes des associations membres de LAC ;
  • Proposer, soutenir, développer et évaluer les projets de portée régionale que les membres ont choisi d’accompagner.

Pour télécharger le texte complet de la charte :

Voulez-vous en savoir plus sur le projet régional porté collectivement par les membres de La Concertation ? Cliquez sur

Histoire du C.A.P.

Le 4 octobre 2018, une nouvelle instance a été créée au sein de La Concertation, à l’occasion d’une Journée de Réflexion en Concertation (JRC) : le Conseil d’Action et Projets, ou CAP. Celle-ci émane directement des démarches de constitution d’une coopération de Centres culturels en Région Bruxelloise.

La création du CAP s’inspire du Décret relatif aux Centres culturels du 21 novembre 2013, et notamment de la définition du rôle du Conseil d’orientation des Centres culturels. Le CAP répond ainsi à « la nécessité de soutenir la direction et l’équipe » de La Concertation avec « la double fonction d’orientation et d’avis d’une part et d’autre part, d’aide à la réalisation de différents outils, comme la synthèse de l’interrogation territoriale ou la synthèse des rencontres-pilotes ou encore les différentes évaluations. »

Les similarités entre les deux instances concernent aussi la pluralité des voix et l’hétérogénéité de composition du Conseil afin de mélanger « les expertises, les visions, les regards, les références d’appartenance » avec le « souci du bien commun et donc éviter d’amener des enjeux personnels ou corporatistes ; être en accord avec les valeurs et les missions ; représenter des expertises différentes. »

De plus, le CAP veut considérer des mécanismes (décisionnels mais aussi d’(auto)évaluation) permettant :

  • De solliciter l’intérêt et l’implication des membres de La Concertation (Centres culturels et acteurs socioculturels et artistiques autres) dans le travail/les projets/les activités menés par La Concertation, s’y engager et interagir de plus en plus, aussi bien au niveau des projets que du réseau-plateforme ;
  • D’impulser de nouvelles dynamiques et réflexions en lien avec les démarches et le travail des deux autres niveaux de fonctionnement ci-dessus mentionnés ;
  • De définir un fonctionnement adapté à la fois à la (future) coopération des Centres culturels bruxellois objet de la présente demande de reconnaissance et à la nouvelle structure élargie de La Concertation.